Association Éclats de Rives Accueil
     
 
La Tourbière de la Gane des Nouhauts (26 ha)
         

Ce Site, situé sur la commune de Saint Martin Château, est géré depuis 2003 par le Conservatoire Régional des Espaces Naturels, en partenariat avec les propriétaires et un agriculteur.

Il présente une intéressante diversité de milieux tourbeux.
Sa situation au carrefour des influences atlantiques et montagnardes explique une grande diversité de végétation et d'espèces rares.             en savoir plus

         
La faune de la Tourbière 
         
La flore caractéristique de la Tourbière
 
Visite de la Tourbière avec le CREN (Conservatoire Régional des Espaces Naturels) en août 2012
         
Visite guidée avec le CREN en juin 2008
         
La faune de la Tourbière 
 
Libellule 4 taches Ortethrum réticulé Cordulie arctique, rescapée de l'aire glaciaire
Libellule déprimée mâle Cordulegaste annelée, libellule des cours d'eau
La  nouvelle libellule vient tout juste de quitter son enveloppe Dolomède, araignée des zones humides, sur sphaignes Nid d'araignées
Lézard vivipare
La flore caractéristique de la Tourbière
Bruyère à quatre angles Drosera à feuilles rondes Drosera à feuilles intermédiaires
feuilles de Trèfle d'eau Scorzonère humble Linaigrette à feuilles étroites Carex étoilé Lotier des marais
Carum verticillé Myosotis des marais Narthécie ossifrage Mouron délicat
Millepertuis élégant Chardon des marais
         
 
     
 

Située à quelques kilomètres au nord-ouest du lac de Vassivière, et au sud du hameau de Favareillas, la Gane des Nouhauts est un fond tourbeux d'assez grande taille. Le petit ruisseau traversant la tourbière se jette dans la Maulde toute proche. Ce site peu connu jusqu'à une date récente comprend une intéressante diversité de milieux tourbeux. Il est en bon état de conservation : l'abandon du pâturage étant assez récent (quelques années), l'envahissement par les espèces végétales colonisant habituellement les milieux tourbeux abandonnés est resté relativement modéré.

C'est ainsi que le 29 novembre 2003, lors de la dernière Assemblée Générale du Conservatoire à Royère de Vassivière, une convention de gestion de 15 ans, concernant 26 ha dont une grande majorité de milieux tourbeux, est signée entre les quatre propriétaires du site, l'agriculteur, et le Conservatoire.

Cette tourbière présente une grande diversité de groupements de végétaux. La position géographique du site, au carrefour des affinités atlantiques et montagnardes explique pour une grande part cette diversité d'habitats. On y trouve des formations végétales typiques des tourbières acides à sphaignes où la Canneberge ( Vaccinium oxyccocos ) forme des tapis denses, associées à des landes mésophiles riches en ajonc nain ( Ulex minor ) et bruyère à quatre angle ( Erica tetralix ). A la faveur d'une ouverture du milieu provoquée semble-t-il par les sangliers, la rare et délicate orchidée aux petites fleurs apparaît. Il s'agit de la Spiranthe d'été ( Spiranthes aestivalis ), plante protégée au niveau nationale, dont cette nouvelle station représente l'unique site connu actuellement dans le département de la Creuse.

Les formations prairiales sont elles aussi diversifiés. Les jonçaies tourbeuses à Jonc acutiflore ( Juncus acutiflorus ) et Carum verticillé ( Carum verticillatum ) côtoient les pelouses riches en Nard raide ( Nardus stricta ), graminée vivace typique des prés de montagne.

La présence de la Cordulie arctique ( Somatochlora arctica ), libellule typique des végétations gorgées d'eau des tourbières, illustre bien l'intérêt entomologique de la Gane des Nouhauts.

Durant l'automne 2004, l 'équipe technique du CREN a réalisé un important chantier de pose de clôture fixe. Ce sont 1200 m de grillage à moutons qui ont ainsi été installés, avec le concours de Guillaume Betton. Le chantier a nécessité un important travail de bûcheronnage (dégagement de l'emprise) afin que la clôture puisse être effectivement posée. La pose de cette clôture permettra de faire pâturer de nouvelles zones tourbeuses par les brebis de Guillaume Betton, dés la saison 2005.

Outre ce chantier clôture, un premier bûcheronnage de restauration a été entrepris afin d'éliminer de petits pins sylvestres qui colonisaient progressivement un des secteurs les plus intéressants de la tourbière.

(extrait de l'inventaire communal de Saint Martin Château, 2004/2005, Licence 3 Valoriasation du patrimoine rural, université de Limoges et LGTA d'Ahun)

 

 

2006 • réalisation : yannick bernard - www.rork.net • suivi :Hélène Laigneau